Le Kipling

Rue Aristide Briand

époque : Romaine
Fouille archéologique : 2008 — 2010
TItulaire : Pierre Excoffon (Archéologue, service du patrimoine, Fréjus)

Dans le cadre de la construction d’un bâtiment commercial dans la rue Aristide Briand à Fréjus, face à la Poste, un diagnostic archéologique a été réalisé du 1er au 30 octobre 2008 (plan 1). Ce dernier s’est révélé positif sur une petite partie du projet, et après des préconisations de l’état, la construction a été autorisée. Le terrassement de la plate‑forme a révélé la présence, insoupçonnée, d’une profonde cavité entaillée dans le rocher et compromettant la mise en place des fondations initialement prévues ainsi que la stabilité des terrains environnants. En concertation avec les services de l’état, l’aménageur et le service du Patrimoine, un sondage programmé a été réalisé du 19 décembre 2008 au 31 mars 2009, simultanément avec le confortement des terrains, dans le but de sauvegarder et de présenter au public ces exceptionnels vestiges sous le bâtiment à construire.

Les données de fouille étant encore en traitement et le projet immobilier toujours en cours de réalisation, ce compte-rendu ne présente qu’une simple description des vestiges, un essai d’interprétation et des propositions de datations larges.

Le site se situe entre le rempart sud de la ville et la limite nord du port antique. Plusieurs périodes d’occupation ont été mises en évidence par la fouille. Dans un premier temps un vaste bassin, d’environ 10x10 m et profond de 5 m, est creusé dans le rocher, à proximité immédiate de la mer. Il est traversé au centre par une série de trois arches (fig. 1).

Il semblerait que, dans un second temps, ce bassin soit alimenté par trois canaux creusés dans le rocher. Leur accès est régulé par des martelières en bois (fig. 2). La première fonction de cet ouvrage n’est pas encore élucidée. Dans le courant du Ier s. ap. J.‑C. un second bassin plus réduit en béton est aménagé à l’intérieur, englobant un quart du grand bassin. La fonction de l’ensemble de la structure peut alors être interprétée comme un vivier. Ce bassin maçonné communique avec le reste du premier bassin par de petites cavités aménagées, dans lesquelles sont insérées des grilles en plomb (fig. 3). Le canal sud‑est d’adduction d’eau est encore actif, alors que les deux autres sont bouchés. Il communique avec la mer par cette ouverture comme en témoignent les fibres de posidonies recouvrant le fond sur plus d’un mètre d’épaisseur ainsi que les nombreux coquillages marins encore collés aux parois. Ce bassin pourrait alors fonctionner comme un grand filtre, ou bassin de décantation, le vivier proprement dit se trouvant dans les trois quart du grand bassin restant, comme tendent à le démontrer les niches faites avec des tuiles et des amphores insérées dans la paroi maçonnée ouest du nouveau bassin (fig. 4).

Le vivier est abandonné avant la fin du Ier s. ap. J.‑C. et remblayé aux deux tiers. Plusieurs niveaux d’occupation, dont une surmontant un épais nivellement fait à partir de fragments d’enduits peints, ont été observés sur son comblement. Puis, vers les IIIe/IVe siècles, d’autres structures artisanales sont mises en place, en particulier un bassin en béton de tuileau près duquel un important amas de murex concassés était disposé.

Peu après, un puits au cuvelage en pierres sur entablure croisée en bois est aménagé à l’intérieur du grand bassin, alors entièrement comblé à cette époque.

A l’extrémité orientale de la parcelle, une tombe en coffrage sous dalles en pierre a été mise au jour. Au niveau de la tête du défunt, une cruche complète du Haut Moyen-âge était déposée.

Enfin, l’époque moderne est représentée par un puits carré, remployant pour son cuvelage les structures antiques sousjacentes. Son comblement est exceptionnel et comprend un riche assemblage de formes fermées destinées au puisage de l’eau et remontant à la fin du XVIIe siècle.

fig. 1 : Vue oblique de l’ensemble du bassin (Cl. P. Excoffon)
fig. 2 : Martelière en bois conservée dans son logement d’origine (Cl. P. Excoffon)
fig. 3 : Le second bassin avec les ouvertures carrées pourvues de grilles en plomb (Cl. P. Excoffon)
fig. 4 : Série de niches aménagées dans la paroi (Cl. P. Excoffon)

Circuit & thématiques

Galerie
Photos

Villa béton

> <
1 / 1